Pollutions et trafics

Les déchets produits en Europe et aux Etats-Unis et exportés par voie maritime dans des pays incapables de les stocker ont tracé la ligne directrice de Robin des Bois sur la gestion des déchets : proximité, responsabilité et solidarité. En vertu de ces trois principes, Robin des Bois ne s’oppose pas systématiquement à l’ouverture de lieux de stockage ou de traitement des déchets. Aujourd’hui, le trafic de déchets s’organise autour de directives européennes et de conventions internationales statiques, faciles à détourner et à interprétations multiples. Les déchets électroniques et d’autres ex-produits de consommation et de bien être « à recycler » prennent la fuite.

Champagne ! (avec modération …)

24 janv. 2013

Robin des Bois est satisfait du report sine die de l’obligation de détenir à bord des véhicules des éthylotests dangereux pour les usagers et l’environnement.

Ce report sine die est la conclusion heureuse d’une campagne menée par Robin des Bois et par d’autres organisations; cette campagne visait à alerter l’opinion publique et les décideurs sur les effets négatifs d’une décision hâtive.

Lire la suite

Le décret éthylotest à la poubelle !

15 nov. 2012

La dangerosité des éthylotests chimiques à usage unique n’est pas contestée. L’étude réalisée en juillet 2012 par le Comité de Coordination de Toxicovigilance avec l’appui de l’INVS (1) et de l’ANSES (2) confirme les risques. Les incidents sanitaires sont en augmentation.

Les éthylotests chimiques désormais diffusés à des millions d’exemplaires exposent les usagers, les familles et notamment les enfants à des risques immédiats résultant de la présence irritative d’acide sulfurique et de chrome.

Lire la suite

Gestion responsable des éthylotests usagés

12 juil. 2012

Communiqué et échanges de correspondances avec le Ministère de l’Ecologie, Contralco et Chimie et Société.

Robin des Bois demande au Ministère de l’Ecologie et à l’ADEME de créer dans les meilleurs délais une filière REP – Responsabilité Elargie des Producteurs – pour les éthylotests à usage unique. Le marché de ces accessoires peut être estimé à 30 millions par an. Chaque éthylotest à usage unique contient environ 1 gramme de chrome 6, substance classée Cancérogène, Mutagène et Reprotoxique (CMR). Le rejet des éthylotests usagés « dans des poubelles » ou « dans les collecteurs de déchets plastiques pouvant être recyclés », comme le préconise le fabricant français Contralco, serait une pratique dangereuse pour l’environnement et la santé publique. Incinérés, les déchets d’éthylotest chargeront en chrome les fumées et les mâchefers. Mis en décharge, les déchets d’éthylotests pollueront à terme les eaux superficielles et souterraines. A cause du manque de directive sur les modalités de gestion après usage, les éthylotests devenus des déchets se retrouveront en partie sur la voie publique ou au bord des routes et se joindront au cortège de macrodéchets qui encombrent et empoisonnent les rivières, les estuaires, le littoral et la mer. Les composés chromés sont toxiques pour la faune aquatique.

Lire la suite

Une niche fiscale et géologique pour les déchets dangereux.

6 déc. 2011

Total et les industriels de la principauté chimique du bassin de Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques font la fête.

Grâce à un amendement au projet de loi de finance 2012 proposé par un député socialiste et approuvé par le gouvernement, l’injection de déchets dangereux dans la cavité géologique dite Crétacé 4000 est exemptée de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes. Selon les déclarations du député, il ne s’agirait que d’eau salée. Ce n’est évidemment pas l’avis des douanes qui assimilent les rejets – jusqu’à 1.000 m3 / jour – à des déchets industriels. Le manque à gagner pour les finances publiques de ce cadeau législatif est estimé à 1,5 million d’euros par an.

Lire la suite

Les dernières nouvelles du Probo Koala

3 juin 2011

Le Gulf Jash, ex-Probo Koala, est à l’ancre dans la Baie d’Halong au Vietnam. Aujourd’hui 3 juin, le courtier américain GMS dément être l’actuel propriétaire de l’ex-Probo Koala. Dans cette hypothèse, il revient à l’armateur du navire depuis 2006, à savoir la Gulf Navigation établi à Dubaï, de préciser les conditions de vente et la destination du navire.

Confirmant le communiqué diffusé par Robin des Bois le 17 mai 2011, la base de données Equasis indique depuis le 31 mai que le Gulf Jash (ex-Probo Koala), le Gulf Ahmadi (ex-Probo Bison) et le Gulf Shagra (ex-Probo Panda) sont en attente de démolition.
L’ex-Probo Koala est interdit d’entrée dans les eaux territoriales du Bangladesh depuis le 27 mai, les autorités ayant été informées par Robin des Bois dès le 17 de l’arrivée imminente du navire sur les chantiers de démolition de Chittagong.

Lire la suite

Probo Koala au Bangladesh : refusé

28 mai 2011

Informées par Robin des Bois dès le 17 mai 2011 de l’arrivée imminente du Probo Koala sur les plages de Chittagong pour démolition, les autorités du Bangladesh (1) par la voix du Ministre de l’Environnement viennent d’interdire l’accès au chantier de ce navire dont le dernier nom connu est le Gulf Jash, numéro OMI 8309816. C’est la première fois qu’un navire voué à la démolition est ainsi banni des eaux du Bangladesh. Cette décision se justifie par l’histoire de ce tanker et par les résidus particulièrement toxiques encore susceptibles d’être à bord. La liste de ces substances et le plan du navire sont dans le document en lien.

Lire la suite

Probo Koala : le bateau de la mort en route pour le cimetière

17 mai 2011

Le Probo Koala, navire qui a semé la mort et la panique à Abidjan pendant l’été 2006 vient d’être vendu par son propriétaire à un démolisseur au Bangladesh pour 7,7 millions de dollars. Actuellement au large de la Chine, il devrait s’échouer sur les plages de Chittagong dans les prochains jours sous le nom de Gulf Jash. Le propriétaire grec du Probo Koala l’avait en effet revendu à la Gulf Navigation à Dubaï, base avancée des armateurs européens en Asie. Deux sister-ships du Probo Koala vont subir le même sort (l’ex-Probo Panda et l’ex-Probo Bison).

Lire la suite

Route 2020 : dérapages interdits

3 mai 2011

L’Etat s’est engagé à effectuer un effort de solidarité nationale envers les collectivités territoriales d’Outre-Mer pour en faire les vitrines du développement durable. La loi de programmation du Grenelle de l’Environnement prévoit de parvenir à l’horizon 2020 à une gestion exemplaire des déchets Outre-Mer.

Deux envoyées spéciales de Robin des Bois ont effectué une enquête de terrain et rencontré des acteurs impliqués dans la gestion des déchets en Guadeloupe. A l’issue de ce travail, l’association publie le rapport illustré de photographies « La gestion des déchets en Guadeloupe : constats et perspectives », 85 pages.

Lire la suite

Voyage au bout du recyclage

8 févr. 2011

Voyage au bout du recyclage

Sur une superficie de 13 hectares à Rogerville dans la zone portuaire du Havre, le site de la société franco-suisse CITRON -Centre International de Traitement et de Recyclage des Ordures Nocives- continue malgré sa fermeture administrative en fin d’année 2010 à être dangereux pour l’environnement et pour les eaux de la baie de Seine.

Depuis fin décembre, un tas de 4.000 tonnes de résidus de traitement thermique est en auto-combustion (photos et vidéo disponibles en ligne). Ce feu latent dégage des fumées toxiques et persistantes. Il menace de se propager aux autres résidus dispersés sur le site (environ 100.000 tonnes) et à un stock de déchets inflammables évacués des halles couvertes après le dernier incendie survenu chez CITRON quand l’usine était en exploitation en octobre 2010.

Lire la suite

CITRON, c’est pas clair

9 déc. 2010

CITRON, c’est pas clair

Objet : nouveau scandale du recyclage

Le 17 octobre 2010 a eu lieu un nouvel incendie chez CITRON dans la banlieue portuaire du Havre. Cet épisode fait suite à une cascade de dysfonctionnements techniques, de non conformités réglementaires, de mises en demeure et procès verbaux de l’administration et de fuites, d’explosions, de prise de feu et de litiges financiers qui a jalonné la vie de cette entreprise depuis 1997. CITRON est spécialisé dans le recyclage des Résidus de Broyages Automobiles, des Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques, des piles et sources lumineuses.
Depuis l’incendie du 17 octobre, des investigations policières et administratives cherchent à établir avec fiabilité la traçabilité des déchets dangereux issus du recyclage des chargements réceptionnés chez CITRON. Le bilan matière de mercure manque précisément de clarté et les services de l’Etat cherchent à établir si du mercure extrait des piles et sources lumineuses a fait partie des déchets partis en fumées toxiques le 17 octobre.

Lire la suite