Baleines et mammifères marins

Elles sont dans les légendes, les littératures et les mers, adorées, honnies, chassées, mangées, échouées, accidentées, polluées et à ce jour rescapées des grands essors alimentaires et industriels. Les baleines rendent de nombreux services aux écosystèmes. Sur terre, les baleines et les mammifères marins ont besoin de porte-parole. Cette lourde responsabilité, Robin des Bois l’exerce depuis 1986 à la Commission Baleinière Internationale et là où les cétacés, les pinnipèdes et les siréniens s’aventurent, c’est à dire partout, sauf dans l’espace extraterrestre et encore nous y rencontrons la Constellation de la Baleine.

La baleine samaritaine

20 juil. 2004

56ème Commission Baleinière Internationale.
Sorrente -Italie
Communiqué n°3

Coalition francophone – ECCEA, Robin des Bois, ASMS OceanCare

Le Japon a demandé à ce qu’un nouveau point intitulé  » Future chasse durable à la baleine – pleine utilisation des baleines tuées  » soit inscrit dans l’agenda de la 56ème session plénière de la CBI. Le but avoué de cette manœuvre qui laisse plus d’une délégation perplexe est de présenter un historique de la chasse à la baleine, en particulier en Antarctique, en soulignant les multiples utilisations possibles des différentes parties des baleines tuées. Pour cela, le Japon se réfère au développement durable et à l’article VIII 2 de la Convention fondatrice de la CBI qui stipule que  » toutes les baleines prises sous ces permis spéciaux (permis scientifiques) doivent autant que possible être traitées et les recettes seront réparties selon les orientations fixées par le pays titulaire du permis ».

Lire la suite

Le Japon contre temps et marées

19 juil. 2004

56ème Commission Baleinière Internationale
Sorrente -Italie
Communiqué n°2.

Coalition francophone – ECCEA, Robin des Bois, ASMS OceanCare

La Commission Baleinière Internationale -CBI- persiste à être une convention internationale polémique. Des pays comme la Nouvelle-Zélande, l’Australie, Monaco, la France, l’Italie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni mettent en avant la survie des espèces tandis que les pays-membres asiatiques organisent l’hégémonie de leurs industries de la pêche en collectant sans trop de mal les votes des pays africains, des Caraïbes et d’autres pays en voie de développement (1).

Lire la suite

Les Etats Caraïbes et Africains disent non à la conservation

16 juil. 2004

56ème Commission Baleinière Internationale
Sorrente -Italie
Communiqué n°1.

Coalition francophone – ECCEA, Robin des Bois, ASMS OceanCare

En 2003, la Commission Baleinière Internationale -CBI- a pris l’importante initiative à travers un Comité de Conservation de prendre en compte la globalité de l’environnement marin et de déterminer à terme, dans ce cadre, comment protéger au mieux les populations de baleines. La mise en place de ce Comité de Conservation ouvre pour la CBI des perspectives nouvelles de coopération internationale. Le Comité est chargé de présenter aux Etats-membres des conseils pertinents sur tout ce qui relève de la gestion et de la conservation des baleines.

Lire la suite

Harponner l’Islande !

17 août 2003

Dans les jours qui viennent, à coup de harpons et de grenades de pentrite, l’Islande entend reprendre la chasse à la baleine dans le cadre des permis scientifiques autorisés par l’article VIII de la Convention fondatrice de la Commission Baleinière Internationale – CBI, rédigée en 1946.

Entre l’été 2003 et 2005, l’Islande a planifié la capture de 200 petits rorquals (Balaenoptera acutorostrata), de 200 rorquals communs (Balaenoptera physalus) et de 100 rorquals boréals (Balaenoptera borealis). 4.000 tonnes de viande seraient ainsi placées sur le marché international, principalement à destination du Japon, malgré l’interdiction du commerce international de ces espèces protégées. L’objectif annoncé des recherches est de contribuer à la connaissance du régime alimentaire des baleines. Entre 1986 et 1989, l’Islande a déjà capturé et autopsié 380 baleines. Le bilan scientifique global n’a jamais été publié. Puis, elle a quitté la CBI en 1992 et l’a rejoint en 2002 après un vote controversé, durant une réunion intermédiaire (19 voix pour, 18 contre).

Lire la suite

Berlin, capitale des baleines

16 juin 2003

Berlin.

C’est loin de l’océan qu’une décision capitale pour l’avenir des baleines a été prise cet après-midi. La Commission Baleinière Internationale a en effet décidé de la création en son sein d’un Comité de Conservation chargé d’étudier les menaces environnementales qui pèsent sur les grands cétacés à travers l’océan mondial. Cette proposition baptisée « Initiative de Berlin » a été présentée par 20 pays dont la France et acceptée à 25 voix pour et 20 voix contre. Il reste à établir les règles de fonctionnement de cette structure avant la prochaine session de la Commission Baleinière qui se tiendra en Italie en juillet 2004.

Lire la suite

Positiver les Baleines

15 juin 2003

55ème Commission Baleinière Internationale
16 – 19 juin 2003
Berlin.

Les mots accusent les baleines de tous les maux. Elles vident la mer des poissons, elles constituent un risque mortel pour les voiliers de course, de même qu’elles attaquaient les paquebots au 20ème siècle. « L’initiative de Berlin » prise par 18 pays membres* de la Commission Baleinière Internationale -CBI- dans le cadre de la 55ème réunion plénière cherche à renverser le courant et à installer au sein de la Commission un Comité de Conservation des baleines qui fonctionnerait en liaison et en complémentarité avec le Comité Scientifique existant. Le rôle de cette nouvelle structure officielle serait en conformité avec le texte fondateur de la Convention de 1946 qui appelle « dans l’intérêt de tous les pays du monde à sauvegarder pour les générations futures les grandes ressources naturelles que représentent les populations de baleines ».

Lire la suite

Rorqual échoué à Saint-Adresse

13 févr. 2003

Note d’information

Le rorqual commun (Balaenoptera physalus) échoué sur la plage de Sainte-Adresse vit dans l’Atlantique Nord. Il a été chassé à partir de 1930 et mené au bord de l’extinction par les flottes baleinières après la seconde guerre mondiale, en particulier par la Norvège et l’Islande. Il peut se rencontrer en toutes saisons en mer du Nord, il est rare dans la Baltique. Il se nourrit de petits crustacés et de poissons comme le hareng. Le rorqual commun est actuellement protégé dans tout l’océan mondial. Les causes de la mort de l’animal peuvent être multiples : maladie, défaillance du système immunitaire en raison de l’accumulation des pollutions, ou collision.

Lire la suite

Les harpons du Prestige

8 déc. 2002

Dans le Golfe de Gascogne vivent des dauphins communs, dauphins bleu et blanc, globicéphales noirs, marsouins, et autres espèces de mammifères marins protégés. Nageurs de surface et de pleine eau, les dauphins auront à connaître des nappes flottantes et des nappes immergées. Les exemples de l’Exxon Valdez et de l’Erika indiquent que les baleines et les dauphins fuient les marées noires concentrées. Mais les fragmentations successives du fuel lourd du Prestige dans l’océan et dans le temps vont rendre beaucoup plus difficile la détection des nappes et des plaques par les mammifères marins. L’impact sur l’écosystème risque de diminuer leur disponibilité alimentaire. Colmatage des évents, intoxication par ingestion de poissons ou de macro-déchets pollués, perte de mobilité et irritation des yeux sont les effets immédiats à redouter.

Lire la suite

La CBI étouffe, les baleines souffrent!

24 mai 2002

La Commission Baleinière Internationale est malade selon les uns, moribonde selon les autres. Luttes d’influences paralytiques, comportements itératifs, confusions et métastases politico-procédurières, délires et crises de mauvaise foi, tels sont quelques-uns des principaux symptômes.

Le Japon, l’un des plus sûrs prédateurs des mers et des forêts du monde fait de l’accès des pays pauvres au droit de chasse des baleines un enjeu majeur du développement durable et de la survie des générations futures.

Lire la suite

Un autre regard sur les baleines

16 mai 2002

Lundi prochain s’ouvre à Shimonoseki la 54ème session plénière de la Commission Baleinière Internationale (CBI). Fidèle à son obsession et à sa nostalgie, le Japon y remet la pression et a dressé près de l’aquarium de la ville une statue de baleine bleue en hommage à la gent baleinière et à la manne alimentaire qu’elle offre à l’humanité. Il est estimé qu’en 1940 les baleines bleues étaient entre 300 000 et 350 000. En 2002, et malgré une interdiction de la chasse mise en oeuvre en 1967 sur l’océan mondial, les baleines bleues ne sont plus que 2000 à 3000. La statue de Shimonoseki résonne comme un mémorial. A force de finir dans les assiettes il y a un demi-siècle, les baleines bleues ne sont pas encore assurées d’échapper à l’extinction. Année après année, il se révèle pourtant grâce aux recherches et observations océanographiques que les baleines sont beaucoup plus utiles en mer qu’à table.

Lire la suite