Poissons, coquillages et crustacés

Détraqués et traqués, ils sont sous pression. Le pillage commence sur l’estran avec la pêche à pied de loisir et s’étend en haute mer. L’effort de pêche est de plus en plus violent et se radicalise. L’Union Européenne n’hésite plus à électrocuter la mer pour faire sortir les soles des fonds. Les poissons sauvages sont réduits en farine pour nourrir des poissons d’élevage. Les aires de reproduction et de nourrissage sont détruites. Certaines huîtres sont des OGM. Robin des Bois embarque, informe, interpelle, pèse dans les Conventions internationales et incite toutes les parties prenantes à réfléchir avant d’agir.

Bulletin « A la Trace » n°4

30 avril 2014

La pègre du braconnage et de la contrebande à la loupe
Voici la 4ème édition de « A la Trace », 112 pages, 468 événements, 352 sources d’information
.
(pdf 112 pages – 6,45 Mo)
Hippocampes, concombres de mer, coraux, strombes, bénitiers et poissons, pages 3 à 11

Les indicateurs virent au rouge. A la bourse des animaux menacés d’extinction les prix s’affolent. La Chine et le marché mondial des animaux de compagnie exotiques pèsent lourd. Le perroquet vert du Congo trafiqué par les Casques Bleus se vend 800 US$ sur internet. La corne de rhinocéros atteint 100.000 US$/kg, la peau de léopard plus de 30.000 US$. La jeunesse de Bombay se dope au venin de cobra (180.000 US$/l). Isilo, l’éléphant symbole de l’Afrique du Sud, est mort. Ses 2 défenses d’une valeur de 600.000 US$ ont disparu. Les braconniers ont été les premiers à découvrir son corps grâce aux vautours. Les soupçons rôdent. Des gardiens de réserve de jour sont des braconniers la nuit. En même temps que les prix, la violence explose. Les animaux, les voleurs, les rangers tombent. Les trafiquants se tuent entre eux comme les trafiquants de drogue. Les gangs règnent, la gangrène gagne. C’est la guerre. La justice est incohérente. Elle punit pour l’exemple, elle libère sous caution et parfois elle déraille. Les trafiquants sont souvent très jeunes. Les braconniers roulent en BMW. Les techniques pour tuer sont modernes et archaïques à la fois.

Lire la suite

Le Taser pour les soles – n° 2

18 mars 2014

La Commission pêche de Bruxelles vient d’autoriser l’extension du chalut électrique en Mer du Nord. Elle justifie cette décision par la capacité des Etats-membres à mener des projets-pilotes. 87 chalutiers hollandais peuvent maintenant pratiquer la pêche électrique contre 42 en 2012.

Cette nouvelle aberration est en contradiction avec le règlement pêche de 1998 qui, en se fondant en particulier sur le besoin de protéger les juvéniles, interdit l’utilisation d’explosifs, de poison, de substances soporifiques ou de courant électrique.

Lire la suite

Bulletin « A la Trace » n°3

3 févr. 2014

A la Trace n°3 (pdf – 80 pages. 4,3 Mo)
Hippocampes, concombres de mer, strombes géants et requins, pages 3 et 4

Veuillez trouver en lien la version française du n°3 de « A la Trace », bulletin trimestriel d’information et d’analyses sur le braconnage et la contrebande d’animaux menacés d’extinction.

Tous les évènements couvrent octobre, novembre et décembre 2013.

A noter que « A la Trace » bénéficie désormais du soutien financier de la Fondation Brigitte Bardot, de la Ligue pour la Protection des Oiseaux et de la Fondation Franz Weber.

Lire la suite

Alertes à Cherbourg

9 déc. 2013

Alertes à Cherbourg

N°1
Le thonier russe Marginella est immobilisé à Cherbourg depuis juillet 2007. Parti de Kaliningrad (Russie), il se rendait en Afrique du Sud via le Ghana pour pêcher du thon rouge et du thon tropical dans des conditions douteuses du point de vue de la conformité à la réglementation de la CICTA (Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique). Il a été victime en mer du Nord et dans la Manche de départs d’incendie dans le compartiment machines et d’une panne totale de propulsion. Il avait dû être remorqué par l’Abeille Liberté.

Lire la suite

Bulletin « A la Trace » n°2

6 nov. 2013

Bulletin « A la Trace » n°2

Engagez-vous dans 80 pages de beauté et de cruauté, accrochez-vous aux branches comme ce gibbon à bonnet, peluche souveraine et vulnérable encore en liberté, allez au fond du cyanure et des ananas empoisonnés, survivez aux flèches d’Etorphine, magouillez avec un marchand de meubles à la recherche de l’ivoire, connaissez les ruses des chasseurs piégeurs de tigres, chassez les antilopes cervicapre avec des stars de Bollywood, roulez vers la Chine avec 2.000 cornes d’antilopes saïga d’une valeur de 22 millions de dollars, regardez en face le bébé chimpanzé dans son pauvre sac de plastique sur un marché du Cameroun, partagez le sort de milliers d’oiseaux et d’animaux, migrants involontaires arrachés à leur milieu naturel, dérivez dans la rivière avec le cadavre d’un éléphant mutilé et découvrez la position de la France sur le devenir des stocks d’ivoire illégal, mangez du dauphin du Gange, rendez hommage aux rangers et gardiens de la faune sauvage morts sous les coups des braconniers …
Hippocampes, lambis et requins pages 4 et 5

Lire la suite

Robin des Bois les suivra A la Trace

17 juil. 2013

Robin des Bois publie aujourd’hui le numéro 1 d’A la Trace, bulletin trimestriel d’information et d‘analyses sur le braconnage et la contrebande d’animaux menacés d’extinction.

206 évènements liés à des braconnages, des saisies, des arrestations et des condamnations survenus en Afrique, en Australie, en Amérique, en Europe et en Asie sont rapportés. Cette vision panoramique de la cruauté et de la criminalité envers la faune sauvage entre le 1er avril et le 30 juin 2013 fait frémir et réfléchir.

Lire la suite

Les requins se rebiffent

11 mars 2013

Les requins se rebiffent

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2013 – Bangkok, – 17h00 (heure locale – 11h00 à Paris)
Communiqué n°5

Sur 35.000 espèces animales et végétales inscrites aux annexes de la CITES*, seuls 15 poissons figurent à l’Annexe I et 81 à l’Annexe II. Les pêcheries sont stratégiques et politiques. Elles alimentent l’humanité en même temps que les revendications territoriales océaniques. A Bangkok, le thon rouge a malheureusement disparu de tous les écrans de contrôle. En revanche, les requins sont revenus à la charge.

Lire la suite

Raie Manta

11 mars 2013

Raie Manta

Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2013 – Bangkok, 17h50 (heure locale)
Note d’information

Raies Manta (Manta spp): la proposition d’inscription en Annexe II du Brésil, de la Colombie et de l’Equateur a été acceptée par 96 voix pour, 23 contre et 7 abstentions (vote à bulletin secret à la demande du Cambodge). La Thaïlande a soutenu cette proposition. Les raies Manta peuvent avoir jusqu’à 7 m d’envergure.

Lire la suite

Un gros poisson dans les filets de la justice à Cherbourg

14 déc. 2012

Le Maartje Theadora, chalutier de 140 m de long dérouté à Cherbourg et immobilisé pour infraction présumée à la réglementation communautaire des pêches, est le deuxième plus gros chalutier de la flotte européenne. Le Maartje Theadora a été surpris en action de pêche avec des filets non-conformes. Désormais, les chalutiers océaniques européens pillent les poissons au large de la baie de Seine comme ils le font depuis longtemps au large de l’Afrique.

Lire la suite

Thon rouge : le business frétille

19 nov. 2012

Pour Robin des Bois, l’augmentation du quota de thon rouge décidée par la CICTA – Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique et des mers adjacentes – est une mauvaise nouvelle. Le quota annuel pour 2013 et 2014 est passé à 13.500 tonnes. Il était de 12.900 tonnes en 2011 et en 2012. Les nouveaux quotas inversent la tendance à la réduction des prises.

Cette éclipse de la rigueur que la CICTA avait difficilement imposée aux Etats-membres depuis 2008 provient d’observations fragiles et partielles sur la reconstitution du stock de thon rouge qui de l’avis même du Comité scientifique de la Convention devraient être accumulées et consolidées pendant au moins 3 ans supplémentaires.

Lire la suite