- Robin des Bois - https://robindesbois.org -

Nitrate d’ammonium

TRANSPORT DU NITRATE D’AMMONIUM PAR ROUTE

Codes matières dangereuses sur les plaques oranges des citernes et remorques de camions que vous êtes susceptibles de croiser et de doubler tout en redoublant de vigilance:
1942      nitrate d’ammonium contenant au plus 0,2 % de matière combustible
2067      engrais au nitrate d’ammonium
2426      nitrate d’ammonium liquide, solution chaude concentrée
3375      nitrate d’ammonium, en émulsion, suspension ou gel, servant à la fabrication des explosifs de mine

Sortie de route pour un camion de nitrate d’ammonium liquide en solution chaude dans l’Eure-et-Loir en 2014. La citerne a tenu bon. © ECHO REPUBLICAIN

ACCIDENTOLOGIE SUR LES ROUTES

– Incendie d’un camion transportant du nitrate d’ammonium le 27 mars 2019 à East Camden, Etats-Unis. Extrait de la fiche Aria n° 54221:
Vers 6h30, un feu se déclare au niveau des pneus de la remorque d’un camion contenant 20 t d’engrais de type nitrate d’ammonium. Le chauffeur tente, sans succès, d’éteindre l’incendie et de détacher la remorque du tracteur. L’incendie se propage à la remorque, le chauffeur alerte, 13 minutes plus tard, les pompiers qui arrivent sur les lieux 30 minutes après le début de l’incendie. Ils décident de ne pas attaquer le feu et d’évacuer la zone. Une explosion survient 9 minutes après leur arrivée, soit 45 minutes après le début de l’incendie. Le chauffeur, qui était revenu au niveau de son camion pour une raison indéterminée, meurt lors de l’explosion. Situés à 100 m du camion, 3 pompiers sont blessés par l’effet de souffle. Le camion est détruit, des arbres sont couchés et un cratère est visible sur la route. La circulation est rouverte deux jours plus tard.

– Chute de 3 big-bags d’engrais sur la chaussée le 12 janvier 2016 à Pannes (Loiret) en France. Extrait de la fiche Aria n°47587:
Vers 19h30, le chauffeur d’un camion transportant des big-bags d’engrais donne un brusque coup de frein. Il s’arrête pour contrôler son chargement. Trois big-bags sont tombés sur la voirie. L’un d’eux s’est éventré et 800 kg de nitrate d’ammonium se sont déversés. Les agents de la commune relèvent les 2 sacs endommagés mais intègres. Ils nettoient la chaussée. L’exploitant remet à chaque chauffeur une procédure indiquant les consignes d’arrimage des big-bags. Il leur impose un arrêt après les premiers 30 à 50 km pour vérification du serrage des sangles.

Explosion d’un transport routier de nitrate d’ammonium le 30 août 1972 à Taroom en Australie. Extrait de la fiche Aria n° 11145:
Un petit feu d’origine électrique se déclare dans le moteur d’un camion transportant 18,5 t de nitrate d’ammonium, conditionné dans 510 sacs en polyéthylène et destiné à la fabrication d’explosif. Le câblage du véhicule était défectueux. Le feu gagne la remorque, 7 t de nitrate d’ammonium fondent et coulent sur la route sur 110 m. Plusieurs dizaines de minutes après le début du sinistre, le chargement explose, tuant le conducteur et 2 riverains venus à l’aide et se trouvant à proximité. Leurs corps sont projetés à 30 m. Des débris du camion sont retrouvés à 2 km. Un cratère de 10 de diamètre et de 1 m de profondeur est creusé. L’explosion s’explique notamment par l’état liquide du nitrate et sa contamination par du noir de carbone généré par la combustion des pneumatiques du véhicule. L’installation électrique du camion avait été bricolée; Le plateau de la remorque était en bois; la remorque comportait un réservoir auxiliaire contenant 270 l de carburant situé sous le plateau et sans mise à l’atmosphère.

ACCIDENTOLOGIE EN FRANCE ET A L’ETRANGER

Évènements nitrate d’ammonium sur la base de données Aria au 7 septembre 2020 (pdf). [1]

20 AOÛT 2020

A lire, la page parue dans Charlie Hebdo le 12 août 2020 (pdf) [2] avec un article sur la catastrophe de Beyrouth rédigé le 7 août par Jacky Bonnemains, directeur de Robin des Bois.

5 AOÛT 2020

Suite aux explosions dans le port de Beyrouth le 4 août 2020, vous trouverez ci-dessous des documents publiés par Robin des Bois concernant l’accidentologie du nitrate d’ammonium. Depuis quasiment un siècle, le monde est secoué et meurtri par des explosions de nitrate d’ammonium. Elles sont survenues dans des zones portuaires (Texas City-USA en 1947, Brest-France en 1947, Tianjin-Chine en 2015 et aujourd’hui Beyrouth-Liban) ou dans des entrepôts (Oppau-Allemagne en 1921, Toulouse-France en 2001) ou encore dans des gares de marchandises (Kriewald-Pologne en 1921, Ryongchon-Corée du Nord en 2004). Depuis une vingtaine d’années, plusieurs alertes et incendies ont eu lieu à bord de cargos transportant du nitrate d’ammonium (Junior M à Brest-France, Purple Beach en mer du Nord, Cheshire aux Iles Canaries-Espagne, Pacific Adventurer en Australie, Karkloe en Baie de Saint-Brieuc).

Extrait du bulletin “A la Casse” n°47 sur la démolition des navires, mai 2017. [3]
Cet article revient sur les principaux accidents industriels mettant en cause du nitrate d’ammonium. Les 4500t d’engrais azotés d’Oppau étaient constitués de nitrate d’ammonium et de sulfate d’ammonium.
“Purple Beach
:  la hantise du nitrate d’ammonium. Le cargo Purple Beach est arrivé dans les chantiers de démolition. Une partie de sa cargaison d’engrais s’était consumée en mer du Nord en 2015. L’incident avait dès le départ été considéré avec une attention extrême. Le mot “engrais” fait toujours redouter que ne se reproduise un drame semblable à ceux qui ont marqué l’histoire industrielle depuis le début du 20ème siècle. La dégradation thermique du composé nitrate d’ammonium est susceptible de s’emballer et de devenir explosive. Les incendies et explosions dans des stockages d’engrais azotés ont fait des victimes dans le monde entier, à terre et en mer. Les émanations de fumées toxiques ont conduit à l’évacuation de dizaines de milliers de riverains.”
Lire la suite. [3]

Un port refuge pour le nitrate d’ammonium, 12 et 19 décembre 2019 [4]
“Depuis le 4 novembre, le Karkloe battant pavillon libérien, exploité par un armateur allemand dont la cellule de crise est en Grèce, est en panne de machine. En provenance de Suède, il est chargé de 4000 t de nitrate d’ammonium et faisait route vers Nouadhibou, Mauritanie. Le navire s’est réfugié dans la Baie de Saint-Brieuc après une première tentative de remorquage infructueuse pour réparation à Rotterdam.”
Lire la suite. [4]

Extrait du bulletin “A la Casse” n°52 sur la démolition des navires, juillet 2018. [5]
” Cheshire. (…)  Le 13 août 2017, le vraquier navigue dans l’Atlantique en direction de Las Palmas (Canaries, Espagne) pour se ravitailler en carburant. Il est à 50 milles de l’archipel quand l’équipage constate une élévation de la température dans deux cales. La cargaison entre en combustion, des fumées toxiques se dégagent. La menace d’explosion est sérieuse, le vraquier transporte du nitrate d’ammonium. Deux hélicoptères des garde-côtes espagnols interviennent d’urgence pour évacuer l’équipage. Le Cheshire était parti de Porsgrunn (Norvège) le 6 août et transportait 42.654 t d’engrais fabriqués par Yara et destinés à Koh Si Chang (Thaïlande).”
Lire la suite. [5]

Tianjin : comme si de rien n’était, 18 septembre 2015. [6] La catastrophe de Tianjin impliquait notamment 800 t de nitrate d’ammonium.
“Le CMA CGM Christophe Colomb était à Tianjin du 12 août au 17 août. Le porte-conteneurs français est attendu à Southampton et à Dunkerque les 20 et 22 septembre. Il a été longuement exposé aux pollutions atmosphériques qui ont suivi les explosions et incendies survenus à partir du 12 août dans les parcs logistiques du port chinois.”
Lire la suite. [6]
Un navire sous-normes à Lorient, 4 avril 2001  [9]
“(…) Le Valday, âgé de 31 ans, a fait l’objet de nombreuses visites entre 1998 et 2000, dont une à Saint-Malo. La plupart d’entre elles ont permis de déceler des carences et déficiences tant en ce qui concerne les besoins vitaux des équipages que la conformité des équipements aux conventions de l’Organisation Maritime Internationale. Le Valday transporte en outre une marchandise dangereuse, le nitrate d’ammonium. La Bretagne, à travers l’exemple du Junior M à Brest, du Baltisky 22 à Tréguier et du Levi à Saint-Brieuc a déjà été confrontée à la vétusté des cargos transportant du nitrate d’ammonium.”
Lire la suite. [9]
——–
Le Junior M va reprendre la mer, 28 juin 2000. [10]
“C’est l’offre d’un récupérateur grec qui est retenue par les autorités portuaires, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Brest, et les services fiscaux de Quimper. Abandonné par son armateur égyptien, le Junior M est à Brest depuis le 11 octobre 1999. Il est aujourd’hui propriété des Domaines. Allant de Saint-Petersbourg au Maroc, le Junior M, construit en 1973, transportait 7000 tonnes de nitrate d’ammonium en vrac, un conditionnement interdit dans les ports européens. Environ 1000 tonnes ont été immergées “au grand large” par la Marine Nationale. Environ 6000 tonnes ont été déchargées à terre pour le compte d’une société bretonne spécialisée dans la transformation des engrais.”
Lire la suite. [10]
——–