Posts Tagged "braconnage"

Bulletin « A la Trace » n°2

6 nov. 2013

Bulletin « A la Trace » n°2

Engagez-vous dans 80 pages de beauté et de cruauté, accrochez-vous aux branches comme ce gibbon à bonnet, peluche souveraine et vulnérable encore en liberté, allez au fond du cyanure et des ananas empoisonnés, survivez aux flèches d’Etorphine, magouillez avec un marchand de meubles à la recherche de l’ivoire, connaissez les ruses des chasseurs piégeurs de tigres, chassez les antilopes cervicapre avec des stars de Bollywood, roulez vers la Chine avec 2.000 cornes d’antilopes saïga d’une valeur de 22 millions de dollars, regardez en face le bébé chimpanzé dans son pauvre sac de plastique sur un marché du Cameroun, partagez le sort de milliers d’oiseaux et d’animaux, migrants involontaires arrachés à leur milieu naturel, dérivez dans la rivière avec le cadavre d’un éléphant mutilé et découvrez la position de la France sur le devenir des stocks d’ivoire illégal, mangez du dauphin du Gange, rendez hommage aux rangers et gardiens de la faune sauvage morts sous les coups des braconniers …

Lire la suite

La CITES se moque du braconnage des éléphants

14 mars 2013

Les compromis et les blablas signent la fin de l’ère des éléphants

Microsoft Word - Press Release CITES HAS NO CURE FOR ELEPHANT PO

Malgré les grands discours à l’occasion de son 40ème anniversaire, la CITES – Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction – a échoué à protéger les éléphants. Les populations d’éléphants en Afrique sont littéralement assiégées pour répondre à la demande d’ivoire en Asie. Rien qu’en 2011, au moins 25.000 éléphants ont été massacrés pour l’ivoire et le phénomène a empiré en 2012.

Lire la suite

Le capitalisme de l’extinction

12 mars 2013

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2013 – Bangkok, 18h00 (heure locale)
Communiqué n°7

Tirer des profits des extinctions d’espèces, c’est effectivement une filière d’avenir que la CITES – Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction – s’attache à développer.

Dans la perspective d’une réouverture du commerce international de l’ivoire, le secrétariat de la CITES a lancé en août 2011 un appel d’offres pour la réalisation d’une étude « indépendante ». L’appel d’offres a été remporté par des consultants spécialisés d’Afrique australe. Parmi les 5 auteurs, on peut noter la présence de Rowan Martin, directeur des recherches sur la faune sauvage au Zimbabwe et Debbie A. Peake, l’un des meilleurs taxidermistes du Botswana. La recommandation majeure de l’étude est de fonder le CISO (Central Ivory Selling Organisation), un office unique de la vente d’ivoire. Le CISO fonctionnerait sur le modèle du Diamond Trading Company (DTC) mis au point il y a plus de 100 ans par la Compagnie De Beers : un siège unique, un directoire nommé par les principaux Etats producteurs, des ventes régulières aux transformateurs privés ou gouvernementaux reconnus et attitrés, des circuits courts réduisant les risques de mélange avec de l’ivoire illégal. Les ventes inter-africaines seraient interdites. Le rapport estime qu’il serait possible de « récolter » 8 tonnes d’ivoire par an par unité de 10.000 éléphants soumis à la chasse, à l’abattage volontaire et à la mort naturelle. Les auteurs soulignent que cette exploitation est envisageable à la condition qu’il n’y ait pas de désordres civils ou de conflits armés dans les pays producteurs. Dans le rapport, l’ivoire est un minerai détaché de toute considération biologique, éthique et culturelle.

Lire la suite

CITES : 40 ans et plus toutes ses dents

4 mars 2013

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2013 – Bangkok

Lors de sa signature il y a 40 ans, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction était visionnaire comme l’ont souligné les discours prononcés à Bangkok à l’occasion de l’ouverture de sa 16ème session plénière. Aujourd’hui elle est retardataire. Elle est déconnectée des contaminations chimiques et radioactives de la faune sauvage, des perturbations climatiques, des chaos politiques et des transhumances humaines qui accélèrent la vitesse d’extinction de la biodiversité.

Lire la suite

L’éléphant n’est pas une marchandise

10 avril 2010

CITES 2000 – Nairobi

La 11ème Conférence des Parties de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) s’est ouverte aujourd’hui au siège du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, à Nairobi, au Kenya. Lors de la dernière session plénière, en juin 1997, à Harare (Zimbabwe), les populations d’éléphants (Loxodonta africana) du Zimbabwe, du Botswana et de la Namibie ont été déclassées de l’annexe I (interdiction du commerce international) à l’annexe II (commerce contrôlé). Ce déclassement partiel visant à exporter de l’ivoire vers un importateur unique, le Japon, ne devait devenir effectif qu’après renforcement de la coopération internationale dans la maîtrise du braconnage des éléphants et de la contrebande de l’ivoire. Depuis 1997, à travers l’Afrique et l’Inde, le braconnage des éléphants s’est multiplié et les trafiquants d’ivoire ont récupéré leurs parts de marché.

Lire la suite