Chez vous

Paris – Dakar : la fin d’une mésaventure

4 janv. 2008

La caravane polluante, pétaradante et meurtrière du Paris-Dakar s’éteint enfin après 30 ans. Après avoir été expulsé de France, le Dakar est exproprié d’Afrique. Ce cortège accidentogène composé de skieurs à la retraite et des fameux « fondus du Dakar » toujours prompts à s’émerveiller à 150 à l’heure des paysages et misères magiques de l’Afrique est enfin arrivé en bout de course, dans le fossé, sans dépanneuse à l’horizon, ni hélicoptères.

Le 1er janvier 1988 trois membres de Robin des Bois ont au départ de Versailles effacé les enseignes publicitaires de la voiture sponsorisée par la COGEMA et son sous-traitant MECATOM afin d’éviter la propagande nucléaire sur le continent africain. En rade en Mauritanie, la voiture n° 312 avait été abandonnée sur place.

Lire la suite

Non au polystyrène

13 oct. 2007

Le géant allemand du bâtiment Knauf entend installer à Cournon (56) une grosse unité de production de polystyrène. Ce matériau polyvalent utilisé en isolation ou en emballage, non dégradable, inflammable, est pendant tout son cycle de vie toxique pour l’homme et l’environnement. Sa matière première, le styrène, est un dérivé d’hydrocarbures corrosif, explosif, suspecté d’être cancérogène. Le naufrage du Ievoli Sun le 30 octobre 2000 dans la Manche a montré les dangers du transport maritime du styrène et de sa manipulation. En fin de vie, le polystyrène est une horreur théoriquement recyclable et jamais recyclée. Les billes, granulats et fragments de polystyrène tapissent les estuaires et les fonds des mers. Sur toutes les plages-témoins du littoral européen, les déchets de polystyrène sont les plus nombreux à être collectés dans le cadre du programme de la convention OSPAR pour la protection de l’Atlantique du Nord-Est relatif à la connaissance et à la réduction des déchets dans les milieux marins. En mer les particules de polystyrène sont ingérées par les poissons et autres organismes marins ; elles se comportent comme des leurres. L’érosion progressive des polystyrènes charriés dans la mer par les estuaires ou directement rejetés par les navires de commerce, à passagers et de pêche, sous forme d’emballages divers désaffectés, produit une sorte de microplancton synthétique universel dont les effets sur l’écosystème marin sont encore inconnus. Robin des Bois appelle les consommateurs et les professionnels du bâtiment et de l’emballage à utiliser le moins possible ce matériau non écologique.

Lire la suite

Dragage à Brest et arbres à Bréhat

25 avril 2007

Brest
Dévoilé le 3 février 2005, le projet du port de plaisance du Château à Brest devait démarrer fin 2005. En fait, les premiers dragages et creusements préliminaires datent de l’année 2007 et sont l’objet de polémiques entre le pétitionnaire Brest Métropole Océane et la DDE maître d’ouvrage d’une part et d’autre part Robin des Bois. Nous estimons en effet que les 5.000 t de vases que l’étude d’impact destine aux rejets dans la rade de Brest sont en réalité beaucoup plus contaminées que déclarées et imposent un traitement à terre. Selon nos informations, et après la réaction de Robin des Bois en date du 13 mars, une nouvelle campagne d’analyses a été réalisée et elle révélerait des niveaux en métaux lourds 5 à 15 fois supérieurs aux niveaux 2 du référentiel Géode et des très fortes teneurs en hydrocarbures et en TBT. Ce référentiel mis au point par le Ministère de l’Ecologie en relation avec l’IFREMER et les ports autonomes recommande l’interdiction de l’immersion des vases lorsque le niveau 2 est atteint et à fortiori dépassé. Robin des Bois demande donc la publication de cette nouvelle série de mesures et, si des dépassements sont confirmés, le reformatage des opérations de dragages pour le moment suspendues et la mise au point rapide d’un système de gestion terrestre alternatif supérieur, en terme de confinement et de traçabilité des déchets, à un simple dépôt dans la zone des polders (cf. communiqué du 13 mars 2007 « Les vases sont elles compatibles avec la transparence ? »).

Lire la suite

Aux haies citoyens !

6 avril 2007

Les arbres et les haies ont toujours de la valeur en tant que refuges, corridors, habitats, pour les insectes et les oiseaux. Le mot remembrement devrait être banni du vocabulaire quand il s’agit de remembrement du bocage. L’association Robin des Bois alertée par ses adhérents de Loire-Atlantique, dénonce le projet de destruction du bois de la Giboire orchestré par la mairie de Sucé-sur-Erdre et la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt qui comme souvent devrait s’appeler la Direction Départementale de la Destruction du Couvert Forestier au profit de l’Agriculture.

Lire la suite

Le polystyrène masqué

22 mars 2007

Knauf, roi mondial du polystyrène expansé, s’incruste à Cournon avec des ruses administratives dignes du siècle dernier qui lui permettraient d’esquiver l’information au public et les questions du public. Comme à Torcé près de Vitré (35), Knauf commencerait à Cournon avec une production journalière de 9,5 tonnes, 500 kg en dessous du seuil d’autorisation obligeant à une enquête publique avec étude d’impact environnemental et évaluation des risques sanitaires pour les populations locales qui dans le cas de Cournon sont particulièrement et scandaleusement exposées, 45 m en limite de propriété.

Lire la suite

Contribution de Cherbourg à la déforestation amazonienne

15 déc. 2006

En utilisant pour l’accès au port de plaisance urbain un bois issu de la forêt amazonienne, le maçaranduba, Manilkara bidentata, Cherbourg contribue à la déforestation et à l’exploitation d’une essence qui n’est pas encore menacée d’extinction mais qui à force d’être employée pour les terrasses de café, les terrasses résidentielles et les constructions éphémères ne va pas tarder à connaître le même sort que l‘ipé, Tabebuia spp, dont l’utilisation promotionnelle sur l’esplanade de la bibliothèque François Mitterrand à Paris a sonné le glas et signé la disparition à moyen terme.

Lire la suite

Nantes-Métropole contre Port-Lavigne

20 avril 2006

Objet: Natura 2000

Robin des Bois qui est au côté des habitants de Port-Lavigne est sidéré par les déclarations d’un élu vice-président de Nantes-Métropole se recommandant du ” parti des Verts “.

Celui-ci se déclare globalement satisfait du plan estuaire Natura 2000 proposé par le Préfet de Loire-Atlantique tout en préconisant quelques ” toilettages “. Parmi eux l’élu vert souhaite l’exclusion de Port-Lavigne de Natura 2000. Les habitants de ce vénérable village, la pie grièche, le râle des genets et les 35 autres espèces d’oiseaux protégées iraient chercher des havres ailleurs et partiraient dans les toilettes de Mr Dantec.

Lire la suite

Le Port Autonome contre Port Lavigne

5 déc. 2005

Le Port Autonome de Nantes/Saint-Nazaire reçoit des pétroliers, des méthaniers, des engrais, des bois exotiques, des lots de ferrailles et des marchandises diverses. Il gère 30.000 hectares de terres fermes et 22.000 hectares de domaines maritime et fluvial. Par ses dragages incessants et toujours plus profonds, il provoque la sursalinisation de la Loire et digère en centre-ville en partenariat avec Nantes Métropole un bon nombre de sites pollués.

Port Lavigne, un hameau de Bouguenais a 75 habitants en hiver et 80 en été. Sa zone n’est pas industrielle, c’est une Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF). Elle est aujourd’hui infirmée par des sablières qui s’étendent sournoisement au-delà de ce qui a été autorisé par l’arrêté préfectoral et menacée par de nouvelles activités logistiques ou industrielles. Le Port Autonome de Nantes/Saint-Nazaire a déjà marqué son territoire et dégradé la ZNIEFF de Port Lavigne et son système hydraulique avec une digue -prothèse de 800 m de long et de 20 m de large constituée de sables et de matériaux d’origine indéterminée.

Lire la suite

Les A.O.C. extra-terrestres

7 nov. 2005

Faut-il légiférer pour empêcher les élus de s’occuper d’écologie ?

Après les détecteurs de fumées obligatoires dans tous les lieux de résidence sans que soient pris en compte les risques domestiques de la radioactivité (1 détecteur = 15.000 becquerels de sous-produits de fission), voici la sacralisation des Appellations d’Origine Contrôlée, coco de Paimpol, noix de Grenoble, chasselas de Moissac, kyrielle des fromages et poulet de Bresse. Il s’agit selon l’amendement du Sénat raccroché à la loi d’orientation agricole d’interdire, à compter du 1er janvier 2006, toute activité de stockage de déchets dangereux dans les aires de production d’origine contrôlée.

Lire la suite

Fiat Luxe !

2 nov. 2004

Le jour du passage à l’heure d’hiver, une manipulation biannuelle imposée par le ministère de l’Industrie depuis 1976 et censée économiser 500 000 tonnes de pétrole par an, le ministère des Transports incite à allumer les feux de croisement des véhicules routiers, une mesure censée dépenser 500 000 t de pétrole par an. En même temps, le ministre des Finances sonne le retour de la “chasse au gaspi”. Bonsoir la cohérence.

La nouvelle recommandation vient contredire la réglementation sur l’usage des feux de croisements énoncée ainsi :

Lire la suite