Risques industriels

Personne n’est à l’abri. Un avion peut s’écraser chez vous, un chimiquier ou des conteneurs toxiques s’échouer sur la plage que vous aimez. Les entrepôts flottants ou terrestres prennent feu. Les camions de matières dangereuses entrent en collision ou basculent dans la rivière. Les décharges ou les stocks de déchets à recycler prennent feu ou sont inondés. Sur le long terme, les conséquences sanitaires, environnementales et psychologiques de ces faits divers tragiques ne sont pas suivies ni maîtrisées.

Nitrate d’ammonium

7 sept. 2020

Nitrate d’ammonium

TRANSPORT DU NITRATE D’AMMONIUM PAR ROUTE

Codes matières dangereuses sur les plaques oranges des citernes et remorques de camions que vous êtes susceptibles de croiser et de doubler tout en redoublant de vigilance:
1942      nitrate d’ammonium contenant au plus 0,2 % de matière combustible
2067      engrais au nitrate d’ammonium
2426      nitrate d’ammonium liquide, solution chaude concentrée
3375      nitrate d’ammonium, en émulsion, suspension ou gel, servant à la fabrication des explosifs de mine

Lire la suite

Les Seveso continuent à sortir de leurs cages

24 juil. 2020

Les Seveso continuent à sortir de leurs cages

La marée corrosive de chlorure ferrique qui s’est répandue dans les anses et sur le littoral de Martigues provient d’une usine historique qui fait l’objet théorique d’un plan anti-vieillissement. Le chlorure ferrique est miscible dans l’eau douce et l’eau de mer et il n’est pas possible de le récupérer comme cela se fait pour les hydrocarbures. Ce dérivé du chlore est utilisé comme désinfectant dans les stations d’épuration des eaux usées. Kem One Martigues-Lavéra produit du chlore, du chlorure ferrique, de la soude et de l’eau de javel. Le site a dû être en production accélérée et engranger des profits importants au plus fort de la crise Covid-19.

Lire la suite

Comptoir d’informations Lubrizol

17 juil. 2020

Lire la suite

« Lubizol »

9 juil. 2020

Ce serait effectivement une lubie, c’est-à-dire un caprice extravagant, d’augmenter maintenant les capacités de production de Lubrizol Rouen. La décision du CODERST* manque de hauteur de vue et elle encourage tous les exploitants des usines Seveso ou autres établissements sensibles qui sont ou seront soumis à des incendies majeurs ou des à explosions à reprendre leurs activités le plus vite possible au nom de la sauvegarde de l’emploi et au mépris de la protection des populations, des salariés et de l’environnement. Cette décision n’est pas seulement dure à avaler pour les riverains. Elle l’est aussi pour les millions de personnes qui vivent et travaillent autour des usines Seveso, voire au sein de ces usines. L’avis consultatif du CODERST rendu dans le huis clos de la scène rouennaise et de l’axe Seine Rouen-Le Havre est de portée nationale. Il intervient au moment où les odeurs toxiques induisant des irritations, des nausées, des migraines, des insomnies et des anxiétés redoublent à cause des conditions météorologiques et des travaux à marché forcée sur le site sinistré (la dépollution est censée être terminée fin septembre).

Lire la suite

Les faces cachées du Covid-19

2 avril 2020

– Les farines animales produites par les équarrisseurs sont interdites de recyclage dans l’alimentation animale depuis l’épidémie d’ESB (Encéphalopathie Spongiforme Bovine, ou maladie de la vache folle). Elles doivent être immédiatement incinérées. Elles sont en temps normal brûlées en tant que combustible de substitution dans les cimenteries. Confronté à la fermeture partielle du secteur, le SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits) refuse de les brûler dans des incinérateurs de déchets dangereux où le coût d’élimination est plus élevé que dans les cimenteries et a profité de la crise pour obtenir du ministère de l’Ecologie des autorisations de stockages tampons dont la liste n’est pas aujourd’hui publique.

Lire la suite

Contre le virus du secret

16 mars 2020

Robin des Bois souhaite que le gouvernement convoque au sujet du COVID-19 une instance d’information et de concertation (prévention, gestion de crise, gestion des déchets, retour à la normale …) à l’image du Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire -HCTISN. Pour mémoire, les comptes rendus du HCTISN sont publics (1).

Lire la suite

Lubrizol dans le monde

10 déc. 2019

Lubrizol dans le monde

Sites de production, accidents et pollutions
10 décembre 2019

Dans ce document exclusif, Robin des Bois dresse un panoramique de toutes les activités historiques et récentes de Lubrizol dans le monde entier. L’inventaire des 60 usines s’approche de l’exhaustivité. Par contre la liste des accidents du travail, des accidents d’exploitation et des pollutions souffre de la disponibilité insuffisante de sources ouvertes en particulier en Asie, au Moyen Orient et au Brésil.

Lire la suite

Lubrizol, les nausées abondent

4 déc. 2019

Communiqué Lubrizol n°8

Comme tous les deuxièmes mardis du mois, le CODERST* va se réunir à la préfecture de Rouen pour régler les affaires courantes à huis clos, sans compte-rendu et sans rendre des comptes. Oublieux de ses inconséquences antérieures, le cénacle entend sous la courtoise injonction de Monsieur le Préfet statuer sur la reprise partielle et immédiate des activités sur le site Lubrizol de Rouen « as is », comme on dit dans le monde de la démolition des navires, c’est-à-dire dans l’état où il est, un état hémiplégique et chaotique.

Lire la suite

Communiqué Lubrizol n°7

22 oct. 2019

Le scénario élaboré par Lubrizol et validé par les services de l’Etat pour mettre en sécurité les fûts non explosés et toutefois endommagés par l’incendie impose la remise en exploitation de l’équipement de lavage des gaz de l’usine rouennaise. Il s’agit donc d’une réouverture partielle des activités du site Lubrizol qui de l’avis de Robin des Bois est administrativement incompatible avec l’arrêté préfectoral du 26 septembre 2019 et notamment son article 2 stipulant que les activités du site sont arrêtées.

Lire la suite

Un comité de transparence ou un comité de défense de Lubrizol ?

12 oct. 2019

Communiqué Lubrizol n°6

En assimilant avec insistance les retombées au sol du panache de l’incendie au bruit de fond de la pollution historique et chronique, les divers services de l’État et en premier lieu la DREAL se font les avocats de la multinationale Lubrizol. Le représentant de l’industriel présent à la réunion d’installation de ce comité a bu du petit lait en entendant 15 jours après le jour J le préfet de Seine-Maritime et le directeur de la DREAL assurer avec constance qu’aucun pic significatif de pollution n’était attribuable à la catastrophe. Même l’inventaire de la mortalité des anguilles et des goélands argentés est flouté.

Lire la suite