Autres polluants

Les activités humaines sont des dealeuses de rejets liquides et les rivières des dilueuses. Il va falloir un jour mettre à jour la cartographie des tuyaux, fossés et bouches qui déversent dans les fleuves et les rivières des déchets divers dont les effets cocktail sont négligés. Au bout de la plomberie, les fleuves se déversent dans de grandes baignoires appelées mer.

Le retour au sol d’un virus exotique

19 mai 2020

Les boues sont les résidus liquides des Stations de Traitement des Eaux Usées (STEU) comme les mâchefers sont les résidus solides de l’incinération des déchets.

L’arrêté du 30 avril 2020 (1) pris sous la responsabilité des ministères de l’Agriculture, de la Santé et de l’Ecologie autorise pendant la période Covid-19 l’épandage des boues sur les sols agricoles et en forêt sous réserve qu’elles soient hygiénisées.

Lire la suite

La double peine pour les boues d’épandage

14 avril 2020

Les STEU (Stations de Traitement des Eaux Usées) dégrillent, dessablent, déshuilent, décantent, aèrent, clarifient, rejettent de la sous-eau dans les rivières et les eaux côtières et accumulent les boues dans des bassins. Les boues sont les déchets des STEU. Depuis janvier 2020, les 21.474 STEU urbaines et rurales ont produit environ 3 millions de tonnes de boues brutes soit environ 300.000 tonnes de boues en matières sèches. 70% sont par habitude, par économie, par amnésie, vouées à l’épandage sur les champs nus, les terres maraîchères et les prairies en élevage laitier. Avril est le mois de l’épandage des boues et du “retour au sol” des particules de plomb et autres Eléments-Traces Métalliques, des PCB, des bromés, des dioxines, des résidus d’anti-dépresseurs et de produits de bricolage et d’hygiène corporelle. Les seuils de polluants admissibles sont fixés par l’arrêté du 8 janvier 1998. Les ONG et les agriculteurs réclament à cor et à cri la refonte de cet arrêté. Les seuils doivent être abaissés en fonction des nouvelles connaissances et les polluants émergents doivent être pris en compte.

Lire la suite

Non à l’intoxication du domaine public !

10 avril 2020

Non à l’intoxication du domaine public !

Dans son communiqué en date du 2 avril 2020, Robin des Bois alertait sur les dangers environnementaux de la désinfection “à la chinoise” des villes en métropole et dans les territoires ultramarins.

Lire la suite

Les faces cachées du Covid-19

2 avril 2020

– Les farines animales produites par les équarrisseurs sont interdites de recyclage dans l’alimentation animale depuis l’épidémie d’ESB (Encéphalopathie Spongiforme Bovine, ou maladie de la vache folle). Elles doivent être immédiatement incinérées. Elles sont en temps normal brûlées en tant que combustible de substitution dans les cimenteries. Confronté à la fermeture partielle du secteur, le SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits) refuse de les brûler dans des incinérateurs de déchets dangereux où le coût d’élimination est plus élevé que dans les cimenteries et a profité de la crise pour obtenir du ministère de l’Ecologie des autorisations de stockages tampons dont la liste n’est pas aujourd’hui publique.

Lire la suite

Des étrennes pour Carambar

20 déc. 2019

Responsable entre juillet et novembre 2018 d’une pollution de l’Envigne qualifiée de « putride » par les fines gaules du secteur, l’usine Carambar de Saint-Genest-d’Ambière (Vienne), spécialisée dans les confiseries bon marché, avait écopé de 118.116€ de pénalités. L’industriel, en mettant en avant ses 200 emplois et les efforts réalisés pour améliorer la qualité de ses rejets, en a demandé la « remise gracieuse ». Elles viennent d’être réduites de moitié sur décision quasi-unanime des 82 membres du Conseil Communautaire du Grand-Châtellerault. Grand seigneur et grand naïf, le président du Conseil par ailleurs maire de Châtellerault, explique que « ce geste est une façon de saluer le rôle important que joue cette entreprise sur le territoire ». Il n’est pas sûr que les quelques brochets, gardons et tanches qui ont survécu à l’asphyxie de l’Envigne apprécient la blague.

Pour plus d’informations sur le holding Carambar, voir l’article du Monde du 29 avril 2017

Lire la suite

Jeux Olympiques – Des cyanos dans l’eau ?

10 août 2016

Jeux Olympiques – Des cyanos dans l’eau ?

Le bassin olympique en eaux vertes. 76 morts dans un hôpital au Brésil en 1996 à cause des cyanobactéries.
Atlas de la France Toxique, cf p. 82

Lire la suite

Mergitur

10 juin 2016

Mergitur

Qui lut crue dans les documents préparatoires du Grand Paris ? Qui lut crue dans le dossier d’aménagement des berges de la Seine du Petit Paris ? Les élus unis veulent une Seine canalisée, colonisée qui ferme son clapet. Ils veulent faire du système Seine une zone d’expansion des activités humaines alors que le fleuve a besoin d’une zone d’expansion des crues.
En Ile-de-France, les élus, les préfets, les services continuent à penser et à dire comme en 1920-1950 : les crues de la Seine sont lentes. La décrue sera lente. Les crues diluent les pollutions. Les crues sont en hiver. Les ruptures de barrage sont mises à l’écart.

Lire la suite

L’Europe, Prix Nobel de la guerre !

9 nov. 2012

L’armistice du 11 novembre 1918 a mis fin à la Première Guerre mondiale. 94 ans après, le Nord de la France porte les conséquences environnementales du conflit. La Première Guerre mondiale est d’actualité. Dans certaines régions et au premier rang le Nord de la France, les sols, les sous-sols et les eaux souterraines sont des décharges de la guerre.

Pour la première fois à l’échelle d’un territoire, le lien est établi entre une pollution de l’eau distribuée aux populations et les composants des munitions. Les sels de perchlorate ont été abondamment utilisés en tant qu’explosifs dans les obus. Ils sont aujourd’hui détectés en quantité supérieure aux seuils préconisés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail – ANSES. 544 communes sont concernées dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais.

Lire la suite


L’égouttage dégoûtant de VNF

9 sept. 2011


L’égouttage dégoûtant de VNF

Objet: curage du canal de la Sambre à l’Oise

Les vidangeurs de VNF -Voies Navigables de France- sont à l’ouvrage. Ils évoquent des déchets inertes. Sont-ils vraiment inertes avec leurs irisations d’hydrocarbures bien visibles sur les tartines de boues dont ils recouvrent le patrimoine de Sissy (02). Qui en mangerait ? Surtout pas les vaches.

Si les anguilles de tous les cours d’eau et canaux du département de l’Aisne sont interdites à la consommation, c’est que justement en tant que poissons des fonds elles évoluent sur des sédiments pollués aux PCB et s’en nourrissent.

Lire la suite

PCB : miracles à Paris et dans le Nord

23 févr. 2010

Robin des Bois publie la nouvelle édition de l’inventaire des sites terrestres pollués aux PCB. Cet outil est utile. Il permet aux riverains et aux élus de s’informer et aux services de l’Etat d’intégrer dans la banque de donnée BASOL des sites qui n’étaient pas jusqu’à lors catalogués comme pollués aux PCB. Il est illustré par de nombreuses archives iconographiques.

Le 1er inventaire publié en mai 2008 faisait état de 361 sites. Cette nouvelle version en compte 404.

La propagation se confirme. Les PCB sortent des parcelles initialement polluées, se répandent dans les caniveaux, contaminent les sédiments des ruisseaux et se concentrent dans les vases des cours d’eau et des estuaires puis dans les chaînes alimentaires aquatiques et marines. Il y a à ce sujet une divergence entre le Ministère de l’Ecologie et Robin des Bois. Le premier dit que le traitement à grande échelle des sédiments contaminés n’est pas possible et ne fait rien, le second prétend qu’à petite échelle, pour les lots les plus contaminés, le traitement est urgent et possible.

Lire la suite