Pollutions et trafics

Les déchets produits en Europe et aux Etats-Unis et exportés par voie maritime dans des pays incapables de les stocker ont tracé la ligne directrice de Robin des Bois sur la gestion des déchets : proximité, responsabilité et solidarité. En vertu de ces trois principes, Robin des Bois ne s’oppose pas systématiquement à l’ouverture de lieux de stockage ou de traitement des déchets. Aujourd’hui, le trafic de déchets s’organise autour de directives européennes et de conventions internationales statiques, faciles à détourner et à interprétations multiples. Les déchets électroniques et d’autres ex-produits de consommation et de bien être « à recycler » prennent la fuite.

Farines animales: à quand l’interdiction ?

6 juin 2001

Le dispositif national de stockage et d’élimination des farines animales est entré dans une période critique. La majorité des sites de stockage sont pleins. Seuls quatre sites sont actuellement en activité, d’une capacité totale de 150.000 tonnes: ils seront saturés dans trois mois. Le plus gros entrepôt, à Rogerville en Seine-Maritime, est maintenant destinataire de la production des farines animales du Grand-Ouest, du Centre, du Nord. Parmi les sites supplémentaires pressentis, plusieurs ne seront vraisemblablement pas retenus. La mobilisation des opposants et des élus à Vritz (44), à Somsois (51), à Staffelfelden (68) et à Hesmery-Hallon (80) remet en cause les projets de stockage. Les premières chaleurs de l’été font craindre l’apparition de phénomènes d’auto-combustion, y compris pendant les transports. A cet égard, l’expérience montre que les risques sont devant nous: en 1999 à Plouisy (22) et à Cléguer (56), les sinistres ont éclaté en août et en septembre. Peu d’entrepôts retenus disposent de surfaces suffisantes pour assurer un étalement des farines en cas d’échauffement.

Lire la suite

La fièvre passe, les pollutions restent

29 mars 2001

La destruction des cadavres d’animaux abattus en France et en Europe dans le cadre des mesures de lutte contre la psychose économique de la fièvre aphteuse fait appel à des techniques d’un autre âge.

Dans le plan d’intervention actualisé en 1991 par le ministère de l’Agriculture et le ministère de l’Environnement en prévision de l’abandon de la vaccination, l’enfouissement est considéré comme “la méthode de choix “. Chaque préfet était dès lors invité à réaliser un inventaire des sites d’enfouissement possibles, en tenant compte de la vulnérabilité des captages, puits et autres ressources en eau. Cette instruction n’a pas recueilli de la part des préfets plus d’intérêt que les plans Polmar.

Lire la suite

Farines animales: des trous dans la toile

12 déc. 2000

Le réseau des stockages de farines et de graisses animales tisse sa toile, mais sur le terrain l’application des prescriptions techniques relatives à leur transport, leur entreposage et leur élimination s’avère déjà problématique sur plusieurs sites, tandis que la synthèse et la diffusion des informations sont confuses au niveau national.

– A Plouisy (Côtes-d’Armor), un hangar situé à 50m d’un cours d’eau et à 100m des habitations, déjà sinistré en 1999 (autocombustion des farines animales stockées), a été de nouveau réquisitionné par la Préfecture pour recevoir 38.000 tonnes de farines. Les volées de pigeons qui nichent dans le hangar sont assurées de faire bombance. Les riverains regroupés au sein du collectif “Au pied du silo” dénoncent le double langage préfectoral, qui leur avait assuré avoir interdit le stockage de farines animales sur ce site.
– A Caudan (Morbihan), la société de transports routiers “Rivalan SA” stocke depuis 1996 des farines animales à hauts risques dans des conditions précaires: le hangar utilisé n’est pas étanche, des mottes de farines tombent à l’extérieur où elles sont dispersées par la pluie, le vent, ou consommées par des animaux sauvages. Le site a été néanmoins retenu pour recevoir de nouveaux flux de farines.
– A St-Saturnin-du-Limet (Mayenne), les voisins du stock habitent à 20m, 60m et 80m. Ils ont une vue imprenable sur les vitres brisées du bâtiment rafistolées à la hâte avant l’arrivée des camions, le 20 novembre. Un cours d’eau, le Chéran, coule à 150m en contrebas. Aucune information n’a été donnée aux riverains par la Préfecture.

Lire la suite

Plein feu sur les farines

28 nov. 2000

Robin des Bois demande la création d’une Commission Nationale d’Information et de Surveillance afin d’assurer un éclairage cohérent et l’information du public sur l’ensemble des opérations de fabrication, de transport, de stockage intermédiaire et d’élimination des farines et des graisses animales.

En effet, chez les équarrisseurs beaucoup de sites de fabrication de farines et de graisses animales ne répondent pas aux normes pour la protection de l’environnement, en particulier sur le traitement des eaux de process, de lavage, et des eaux pluviales. Des cuves de stockage vétustes et sans bassins de rétention sont encore utilisées pour les graisses, tandis que les farines sont parfois stockées en plein air ou dans des hangars ouverts aux incursions de chats, renards, sangliers, rats, pigeons, corvidés, étourneaux, mouettes…, et sont propices aux pullulations d’insectes. Autant de vecteurs possibles de dispersion d’agents infectieux dans l’environnement.

Lire la suite

Farines, graisses animales: Matralan régale l’environnement

14 nov. 2000

La société Matralan installée à St-Aignan-de-Grandlieu illustre les difficultés de la filière de l’alimentation animale à répondre aux exigences de sécurité sanitaire et de protection de l’environnement. Gestion hasardeuse des déchets, rejets d’effluents liquides bruts dans un ruisseau, pollution des sols, malgré plusieurs rappels à l’ordre la société Matralan continue de générer nuisances et inquiétudes pour ses riverains.

Un tas de 6000 tonnes de farines animales d’équarrissage, interdites dans l’alimentation de tous les animaux, était stocké depuis juillet 1996 en attente de destruction. Les capacités d’incinération en France étant saturées, c’est seulement depuis l’été 2000 que l’évacuation de ce stock à haut risque a été entreprise. A l’heure actuelle il en subsisterait 400 tonnes sur le site, selon la Direction Générale de l’Alimentation.
L’usine Matralan utilise également des farines de viande et d’os provenant des déchets d’abattoirs, dont un moratoire sur leur incorporation dans l’alimentation de tous les animaux vient d’être annoncé aujourd’hui par le Premier Ministre. Ce nouveau stock à éliminer ne doit pas stagner dans l’usine, qui n’a pas les capacités pour entreposer des déchets à risques dans ses locaux.
Une gestion aléatoire de ses déchets de fabrication a été révélée lors de la découverte de fûts ayant contenu des additifs alimentaires pour animaux, des produits vétérinaires, des hydrocarbures, enterrés derrière l’usine à proximité d’un cours d’eau. La Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE) des Pays-de-Loire a imposé à l’exploitant la reprise de ces déchets industriels et leur élimination par une filière agréée. Les travaux sont encore en cours.

Lire la suite

Pas de demi-mesures pour les farines

13 nov. 2000

Robin des Bois est favorable à une interdiction totale et irréversible de l’incorporation des farines de viande et d’os dans l’alimentation de tous les animaux d’élevage, de compagnie, et de captivité. L’instauration d’un moratoire provisoire ouvrirait la porte à des solutions de bricolage, d’attente, voire d’exportation qui augmenteraient les risques de prolifération de déchets sans encadrement technique et juridique. Toute solution provisoire empêcherait la construction d’une filière spécifique englobant la collecte des cadavres, des carcasses d’abattoirs et des matières à risques spécifiés, leur transformation en farines dans les clos d’équarrissage, leur transport vers les sites d’élimination, et leur destruction.

Lire la suite

La Flèche n°36

14 sept. 2000

Lire la suite

Citron trop pressé

21 juil. 2000

Le recyclage n’est pas exempt de dangers. Citron (Centre International de Traitement et de Recyclage des Ordures Nocives) vient pour la deuxième fois d’être victime d’un incendie accidentel. Implanté dans la zone industrialo-portuaire du Havre, Citron entend recycler à des prix attractifs des déchets industriels spéciaux (DIS) comme les piles et accumulateurs, les tubes fluorescents au mercure, les boues d’hydroxydes métalliques, les emballages souillés, les thermomètres au mercure et autres déchets mercuriels et contaminés aux métaux lourds “de toutes catégories”. La montée en puissance de l’usine s’est soldée par un incendie le 23 mai 1999 et hier, 20 juillet 2000. Alors que Citron n’a toujours pas prouvé la faisabilité du recyclage pyrométallurgique dont il a l’exclusivité, des milliers de tonnes de déchets à recycler s’entassent dans les halles de stockage et à l’extérieur. A ce capharnaüm s’ajoutent des conteneurs de déchets radioactifs issus du démantèlement de l’entreprise qui occupait précédemment le site, une usine d’engrais superphosphatés fermée par Hydro Agri France.

Lire la suite

SARIA-SIFDDA

22 juin 2000

Aujourd’hui 22 juin, à l’occasion du changement de nom de SARIA-Industries en Société Industrielle Française de Destruction de Déchets Agricoles (SIFDDA) l’autosatisfaction règne au sein de la direction du groupe. Mais la méfiance se répand parmi les salariés et dans les communes d’implantation.

De nombreux sites exploités par le groupe sont saturés de façon chronique. Les stockages précaires se multiplient, des stations d’épuration débordent, quand elles existent. Les pollutions de rivières par des effluents chargés de matières en suspension et d’agents infectieux se succèdent. Les centres de collecte et de transit d’Arzano (Finistère), de Dun-le-Palestel (Creuse), les usines de Guer (Morbihan), de Bayet (Allier) ont pollué des cours d’eau en 1999 et 2000. A Arzano une vingtaine de bovins sont morts en mars 1999 après avoir bu l’eau du Scao en aval du site.

Lire la suite

La SARIA se décompose

17 mai 2000

L’usine d’équarrissage du groupe SARIA-Industries à Guer dans le Morbihan est entrée en décomposition. Les dysfonctionnements s’y accumulent. Dans la nuit du 9 au 10 mai 2000, une lagune de stockage des effluents a cédé, libérant dans la rivière Aff plusieurs centaines de m3 d’eau polluée par des matières en suspension chargées d’agents infectieux.

Aujourd’hui, des centaines de tonnes de cadavres de bovins morts de maladies s’entassent dans l’usine sans pouvoir être traités rapidement; plusieurs pannes ont bloqué la ligne de production. La viande maintenant en putréfaction exhale des odeurs nauséabondes et répand des jus infectés, menaçant la santé des 60 salariés et des riverains. La Direction des Services Vétérinaires et la Préfecture du Morbihan brillent par leur absence de réaction. Des mesures d’urgence doivent pourtant être prises pour résorber le stock de cadavres et remettre à niveau le fonctionnement de l’unité.

Lire la suite