Retour sur l’Ece *

3 févr. 2006

Ece – Communiqué n°2

 

Labellisé « non catastrophe » par les hautes autorités médiatiques, écologiques et scientifiques de la communauté nationale – le ministère de l’Ecologie mis à part – le naufrage de l’Ece et la dispersion de sa cargaison dans la Mer de la Manche vont générer, malgré tout, une perturbation notable de l’écosystème marin notamment à cause de la quantité et de la qualité de sa cargaison.

Cet événement de mer est lié à la consommation européenne des engrais super phosphatés : les deux navires impliqués transportaient du minerai de phosphate et de l’acide phosphorique. L’acide phosphorique d’origine marocaine transporté par l‘Ece contient en moyenne 40 mg/kg de cadmium. Les 10.000 tonnes immergées véhiculent environ 400 kg sous forme dissoute de ce métal toxique pour tous les maillons des chaînes alimentaires marines notamment le plancton et les crustacés. A titre de comparaison la Grande-Bretagne déclare comme rejet annuel dans la Manche 800 kg de cadmium (année de référence 2002) Cette déclaration faite dans le cadre de la Convention Internationale OSPAR portant sur la protection du milieu marin de l’Atlantique du Nord-Est ne peut pas à son tour être comparée à une déclaration française puisque la France n’a fait dans cette instance internationale aucun reporting cadmium global depuis 1996. S’il est bien entendu correct de dire que l’acide phosphorique ne s’accumule pas dans les organismes – il se contente de les brûler – on ne peut absolument pas en dire autant des micro-polluants cachés dans l’acide phosphorique. Le cadmium dans l’acide phosphorique est accompagné par l’arsenic, l’uranium, le chrome et d’autres métaux lourds.

La cargaison de l‘Ece constitue une source de contamination des organismes marins très significative et incontrôlée qui va à l’encontre des efforts entrepris depuis 15 ans par les administrations nationales et les industriels pour réduire les rejets liquides de cadmium et d’autres toxiques dans la mer de la Manche et la mer du Nord.

* En début de semaine prochaine, Robin des Bois diffusera dans le cadre de son comité de suivi du naufrage de l’Ece un communiqué sur la contribution de la cargaison phosphorique de l‘Ece à l’eutrophisation et à la prolifération du plancton et des algues indésirables sur le littoral de la Manche et de la mer du Nord.

Imprimer cet article Imprimer cet article