Posts Tagged "nitrate d’ammonium"

Des J.O. aux sels de cuivre

8 août 2008

Round Robin n°3

round_robin

29.000 feux d’artifices seront tirés à Pékin à l’occasion de l’ouverture des Jeux Olympiques.

Les feux d’artifices sont des explosifs à usage civil. Ils dégagent des vapeurs soufrées, chlorées, des sous-produits de dégradation du nitrate d’ammonium. Les couleurs elles-mêmes sont toxiques à l’image des fusées bleues à base de sels de cuivre, des jaunes à base d’hydroxyde de sodium, des rouges à base de cadmium et des violettes à base d’hydroxyde de potassium. Les retombées sur le sol sont polluantes et aboutissent dans les eaux superficielles. Les feux d’artifices sont essentiellement fabriqués en Asie. Les accidents dans les ateliers de fabrication et au cours des transports sont réguliers. La Chine est la principale exportatrice.

Lire la suite

Toulouse: les oies du capitole

22 sept. 2001

La parade politique de Toulouse et la multiplication des cellules psychologiques -un métier d’avenir- ne doivent pas occulter la vérité et les hypothèses les plus vraisemblables.

Le nitrate d’ammonium est un explosif primaire. Il est sensible à l’humidité. Pourtant, dans beaucoup de ports français comme Honfleur ou Lorient, les “big-bags” peuvent être stockés en plein air et sont toujours débarqués de bateaux poubelle ou en mauvais état, arborant le pavillon rouge réglementaire en cas de transport de matière dangereuse. Le nitrate d’ammonium est encore plus sensible à la chaleur.

Lire la suite

Un navire sous-normes à Lorient

4 avril 2001

Arrivé hier à l’aube à Lorient, avec un départ prévu pour demain, le navire russe Valday, présente tous les signes cliniques du navire à considérer comme prioritaire pour une inspection par les autorités du port dans le cadre de l’entente européenne dite du Mémorandum de Paris. Ce Mémorandum signé en 1982 regroupe les pays européens représentés sur les façades atlantique et méditerranéenne, plus le Canada, la Croatie, la Fédération de Russie et l’Islande. Elle incite les inspecteurs de sécurité maritime à visiter 25% des navires étrangers touchant les ports, et à échanger des informations relatives à l’état du navire, aux conditions d’habitation, d’hygiène et de vie des équipages. Dans certains cas, les navires visités peuvent être retenus plusieurs jours à quai en attendant les réparations ou les aménagements, ou peuvent être théoriquement contraints de rejoindre un chantier naval désigné, parfois pour destruction.

Lire la suite