Posts Tagged "requin"

A LA TRACE – Bulletin d’information et d’analyses sur le braconnage et la contrebande

1 janv. 2015

A_LA_TRACE

Bulletin trimestriel d’information et d‘analyses sur le braconnage
et la contrebande d’animaux menacés d’extinction

A la TRACE – Hors Série Covid-19 (pdf 8,3 Mo, 25 pages) – avril 2020

A la TRACE n°26 (pdf 13 Mo, 116 pages). 1er juillet – 30 septembre 2019
Hippocampes, syngnathes, coraux, ormeaux, bénitiers, nautiles, strombes, pouce-pieds, concombres de mer et poissons, pages 6 à 16

A la TRACE n°25 (pdf 10,8 Mo, 124 pages). 1er avril – 30 juin 2019
Hippocampes, coraux, ormeaux, bénitiers, nautiles, strombes, concombres de mer et poissons, pages 5 à 19

Lire la suite

Les requins se rebiffent

11 mars 2013

Les requins se rebiffent

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2013 – Bangkok, – 17h00 (heure locale – 11h00 à Paris)
Communiqué n°5

Sur 35.000 espèces animales et végétales inscrites aux annexes de la CITES*, seuls 15 poissons figurent à l’Annexe I et 81 à l’Annexe II. Les pêcheries sont stratégiques et politiques. Elles alimentent l’humanité en même temps que les revendications territoriales océaniques. A Bangkok, le thon rouge a malheureusement disparu de tous les écrans de contrôle. En revanche, les requins sont revenus à la charge.

Lire la suite

Les requins se rebiffent

11 mars 2013

Les requins se rebiffent

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2013 – Bangkok, – 17h00 (heure locale – 11h00 à Paris)
Communiqué n°5

Sur 35.000 espèces animales et végétales inscrites aux annexes de la CITES*, seuls 15 poissons figurent à l’Annexe I et 81 à l’Annexe II. Les pêcheries sont stratégiques et politiques. Elles alimentent l’humanité en même temps que les revendications territoriales océaniques. A Bangkok, le thon rouge a malheureusement disparu de tous les écrans de contrôle. En revanche, les requins sont revenus à la charge.

Lire la suite

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction en passe d’être rachetée par l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce)

25 mars 2010

CITES 2010 – Doha
Communiqué n°8 – FIN

La 15ème Conférence des Parties à la CITES vient de s’achever à Doha. Le requin taupe a été remis sur la table suite à l’intervention de Singapour qui a estimé qu’il y avait eu des problèmes techniques lors du premier vote. Les débats ont été escamotés par une astuce de procédure et la proposition est directement repassée au vote. Elle a été rejetée à trois voix près. L’Islande, candidate à l’Union européenne, et le Japon qui accueille en octobre prochain la Conférence pour la Biodiversité en affichant les meilleures intentions du monde se sont chaleureusement tombés dans les bras au milieu de la salle de conférence pour se féliciter de cet échec de l’Europe et des protecteurs des requins. Les associations telles que Japan Fisheries Association sont vite sorties pour fêter le résultat d’un lobby intensif. Installée pour protéger les espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction des excès du commerce international, la CITES devient progressivement une convention de protection du commerce. Le délégué de la Guinée a résumé hier en plénière l’analyse de beaucoup de participants : « Ma remarque est fort amère, je constate après avoir attentivement écouté les débats que les considérations économiques dominent la vision environnementale ». Les décisions sur les espèces marines ont confirmé que la mer est considérée par la communauté internationale comme un réservoir pour manger, pour guérir, pour se décorer, mais lorsqu’il s’agit de la protéger, c’est presque le désert, comme autour de Doha.

Lire la suite

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction en passe d’être rachetée par l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce)

25 mars 2010

CITES 2010 – Doha
Communiqué n°8 – FIN

La 15ème Conférence des Parties à la CITES vient de s’achever à Doha. Le requin taupe a été remis sur la table suite à l’intervention de Singapour qui a estimé qu’il y avait eu des problèmes techniques lors du premier vote. Les débats ont été escamotés par une astuce de procédure et la proposition est directement repassée au vote. Elle a été rejetée à trois voix près. L’Islande, candidate à l’Union européenne, et le Japon qui accueille en octobre prochain la Conférence pour la Biodiversité en affichant les meilleures intentions du monde se sont chaleureusement tombés dans les bras au milieu de la salle de conférence pour se féliciter de cet échec de l’Europe et des protecteurs des requins. Les associations telles que Japan Fisheries Association sont vite sorties pour fêter le résultat d’un lobby intensif. Installée pour protéger les espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction des excès du commerce international, la CITES devient progressivement une convention de protection du commerce. Le délégué de la Guinée a résumé hier en plénière l’analyse de beaucoup de participants : « Ma remarque est fort amère, je constate après avoir attentivement écouté les débats que les considérations économiques dominent la vision environnementale ». Les décisions sur les espèces marines ont confirmé que la mer est considérée par la communauté internationale comme un réservoir pour manger, pour guérir, pour se décorer, mais lorsqu’il s’agit de la protéger, c’est presque le désert, comme autour de Doha.

Lire la suite