Posts Tagged "risque industriel"

Plus jamais ça, sauf au Havre

7 nov. 2001

Plus jamais ça, sauf au Havre

Objet: risques industriels risques pyrotechniques estuaire de la Seine

Le stockage de la CIM – Compagnie Industrielle Maritime – de 5 millions de tonnes d’hydrocarbures et “ Port 2000 ” dans un mouchoir de poche, à côté de la ville et dans l’estuaire de la Seine: tel est le projet d’intérêt national d’extension du Port Autonome du Havre concocté par les pouvoirs publics et les milieux d’affaires depuis 1996.

Aucune étude globale de dangers n’a été produite. Juste quelques lignes, qui paraîtront dérisoires le jour venu, sur les empilements de conteneurs susceptibles d’absorber un flux thermique accidentel ornent le dossier d’enquête publique. Robin des Bois a demandé officiellement au Président de la République, au Premier Ministre, au Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement et au Ministère des Transports la suspension de tous les travaux de “ Port 2000 ” et la réalisation d’une étude globale des risques. La dernière étude de dangers spécifique à la CIM date de 1988. Elle n’intègre pas les scénarios d’accidents externes au stockage, les effets domino sur les installations fixes ou mobiles voisines, la prise en compte de la défaillance des systèmes de sécurité. Tout est à refaire et à faire, compte-tenu des nouvelles sources de risques liées à “ Port 2000 ”, comme les transbordements et stockages de matières dangereuses et les accidents d’origine strictement maritimes. Robin des Bois n’a pas encore reçu de réponse aux courriers du 18 octobre 2001.

Lire la suite

Un havre pour les risques

30 oct. 2001

Objet: risques industriels risques pyrotechniques estuaire de la Seine

Depuis 1996, Robin des Bois dénonce l’adossement du projet “Port 2000” au Havre à un stockage pétrolier classé Seveso. Aux risques prévisibles du projet pour les travailleurs portuaires, pour l’environnement, pour la sécurité maritime et industrielle, s’ajoutent depuis un an les risques pyrotechniques liés au déminage du futur chenal portuaire. Malgré une ordonnance du Conseil d’État et malgré les discours tenus au lendemain de la catastrophe de Toulouse, l’État français donne un avenir aux risques majeurs. Depuis juillet 2001, les bulldozers ont été lâché sur les mares et les roselières de l’estuaire de la Seine afin d’effectuer les travaux préparatoires à “Port 2000”.

Lire la suite

Un havre pour les risques

30 oct. 2001

Objet: risques industriels risques pyrotechniques estuaire de la Seine

Depuis 1996, Robin des Bois dénonce l’adossement du projet “Port 2000” au Havre à un stockage pétrolier classé Seveso. Aux risques prévisibles du projet pour les travailleurs portuaires, pour l’environnement, pour la sécurité maritime et industrielle, s’ajoutent depuis un an les risques pyrotechniques liés au déminage du futur chenal portuaire. Malgré une ordonnance du Conseil d’État et malgré les discours tenus au lendemain de la catastrophe de Toulouse, l’État français donne un avenir aux risques majeurs. Depuis juillet 2001, les bulldozers ont été lâché sur les mares et les roselières de l’estuaire de la Seine afin d’effectuer les travaux préparatoires à “Port 2000”.

Lire la suite

Toulouse: les oies du capitole

22 sept. 2001

La parade politique de Toulouse et la multiplication des cellules psychologiques -un métier d’avenir- ne doivent pas occulter la vérité et les hypothèses les plus vraisemblables.

Le nitrate d’ammonium est un explosif primaire. Il est sensible à l’humidité. Pourtant, dans beaucoup de ports français comme Honfleur ou Lorient, les “big-bags” peuvent être stockés en plein air et sont toujours débarqués de bateaux poubelle ou en mauvais état, arborant le pavillon rouge réglementaire en cas de transport de matière dangereuse. Le nitrate d’ammonium est encore plus sensible à la chaleur.

Lire la suite

Port 2000: trafic de risques

9 mai 2000

Objet: le Havre – port 2000 – Dernier jour de l’enquête publique

Le comblement partiel de l’embouchure et de l’estuaire de la Seine par Port 2000 générerait des risques pour la sécurité publique et maritime qui, dans le cadre du débat public (novembre 1997 – mars 1998), des réunions de la Maison de l’Estuaire (mai 1998 – novembre 1999) et des réunions de la Commission de Suivi de la préfecture, ont été occultés avec constance par le Port Autonome du Havre et les services de l’État.

Lire la suite