Exploitation et industrialisation de la mer

Charlie Hebdo et Robin des Bois – 2022

2 nov. 2022

Charlie Hebdo et Robin des Bois – 2022

A lire dans Charlie Hebdo, des articles rédigés par Jacky Bonnemains, Robin des Bois:

Dans le Charlie Hebdo du 10 août 2022 (pdf), “Le trafic international de cheveux pousse vite”, “Quand tu descendras du ciel” et “Vive la guerre!” au sujet de la poudrerie de Bergerac.

Dans le Charlie Hebdo du 17 août 2022 (pdf), “L’autoroute de la mort”, “Symphonie arboricole” au sujet de la maison d’Olivier Messiaen et “La guerre du blé et des bateaux-poubelle” au sujet des cargos quittant l’Ukraine chargés de blé.

Lire la suite

Ukraine : Robin des Bois veille aux grains

2 août 2022

Ukraine : Robin des Bois veille aux grains

A la suite de la page exclusive de Robin des Bois faisant l’inventaire des cargos bloqués dans les ports de la mer Noire et la mer d’Azov le 20 avril 2022, l’ONG basée à Paris publie à partir d’aujourd’hui 2 août des informations détaillées sur les vraquiers quittant les ports ukrainiens ou s’en approchant dans le cadre de l’accord international sur la liberté de commerce des grains et autres produits agroalimentaires à partir de l’Ukraine.
Dernière mise à jour le 16 août 2022. Sur les 44 navires pris au piège dans les ports ukrainiens de Yuzhny, d’Odessa et de Chornomorsk lors du déclenchement de la guerre, 18 ont maintenant pu quitter l’Ukraine.

Lire la suite

Sète expédie ses déchets à Brest

1 juil. 2022

Sète expédie ses déchets à Brest

Dans l’après-midi de ce vendredi, le Rio Tagus (environ 900 tonnes de ferraille et des tonnes de moules de l’étang de Thau) touchera Brest après avoir galéré pendant 43 années en Méditerranée et en mer Noire.

Entre décembre 1999 et le 14 octobre 2010, le Rio Tagus, ex-Nadezhda, ex-Falcon, ex-Lady Aurora, ex-Falcon, ex-Lady Aurora, ex-Tifany, ex-Genca Sesto, ex-Wonder One, ex-Arago, ex-Ruca Challenge, ex-Argo Challenge), a été détenu dans les ports de Bourgas, Rijeka, Mykolaïv, Gibraltar, Casablanca, Ashdod, Izmit et Damiette. Les inspecteurs des Etats du port ont relevé régulièrement à bord du Rio Tagus des déficiences techniques et sociales majeures. Il était ciblé par les mémorandums de Paris, de la mer Noire et de la Méditerranée.

Lire la suite

Les casse-cous de l’éolien offshore

30 juin 2022

Les casse-cous de l’éolien offshore

Hier, pendant la réunion du Conseil Maritime de Façade Manche Est-Mer du Nord, il a été à demi-mot reconnu par le Préfet maritime et sur insistance de Robin des Bois que le Saipem 7000 dans son état actuel ne sera pas pour des raisons de sécurité dédié à l’installation des fondations gravitaires du parc éolien offshore au large de Fécamp et d’Etretat, dans la mer de la Manche par 25 à 35 mètres de fond.

Lire la suite

Le départ du Rio Tagus, un festival estival de plus pour l’Occitanie

21 juin 2022

Le départ du Rio Tagus, un festival estival de plus pour l’Occitanie
Mis à jour le 22 juin 2022 Le Yacht Express, navire semi submersible spécialisé dans le transport des yachts de luxe ou des épaves à démolir, est en partance imminente pour Sète depuis Brindisi au sud de l’Italie. Le Yacht Express devrait transporter le Rio Tagus jusqu’à Brest où il est promis à la démolition par les chantiers Navaleo.

Ce transfert transocéanique pointe encore une fois l’absence d’un chantier de démolition agréé sur le linéaire français de la Méditerranée occidentale.Le Rio Tagus est à l’état d’épave. Il est enkysté à Sète depuis le 30 octobre 2010 après avoir déchargé du nitrate d’ammonium. Il avait été abandonné avec son équipage guinéen, égyptien et ukrainien par son armateur américain Zulworld Shipping Inc basé au Panama.

Lire la suite

Le gaz russe avance masqué – suite

26 avril 2022

Le gaz russe avance masqué – suite

La noria des méthaniers chargés de gaz sibérien continue. Depuis le 18 mars, précédente mise à jour de leurs trafics par Robin des Bois, ils ont continué d’alimenter les ports européens sans ralentir. 13 livraisons à Zeebrugge (Belgique), 7 à Montoir de Bretagne (France) 4 à Rotterdam, 3 à Dunkerque (France), 2 à Bilbao (Espagne) et 1 à Mugardos près d’El Ferrol (Espagne).

Lire la suite

Ukraine/Russie. Exclusif : les cargos et les marins otages de la guerre

20 avril 2022

Ukraine/Russie. Exclusif : les cargos et les marins otages de la guerre

Mise à jour du 2 août 2022 : informations détaillées sur les vraquiers quittant les ports ukrainiens ou s’en approchant dans le cadre de l’accord international sur la liberté de commerce des grains et autres produits agroalimentaires à partir de l’Ukraine en lien https://robindesbois.org/ukraine-robin-des-bois-veille-aux-grains/

93 navires de commerce sont pris dans le piège en mer Noire et en mer d’Azov. Les risques de bombardement, de torpillage et des mines sous-marines les empêchent de sortir et les clouent à quai. 81% des navires sont arrivés dans les ports entre le 17 et le 23 février à la veille du déclenchement de la guerre.

Lire la suite

Les roublards

7 avril 2022

13h50 / Gaz et Nucléaire

Gaz
Un nouveau ship to ship (transbordement) de gaz sibérien a eu lieu le 6 avril 2022 au large du fjord de Mourmansk entre le Christophe de Margerie, méthanier brise-glace, armateur russe, pavillon Chypre, et le Clean Planet, méthanier conventionnel, armateur grec, pavillon Iles Marshall. Sauf contre-ordre, le Clean Planet se dirige vers le terminal gazier de Zeebrugge, Belgique. Un ship to ship strictement identique avait eu lieu les 24-25 mars et avait abouti à une livraison à Dunkerque le 30 mars.

Lire la suite

Arrivée du Clean Planet au terminal gazier de Dunkerque

30 mars 2022

Arrivée du Clean Planet au terminal gazier de Dunkerque

Les 170.000 m3 de Gaz Naturel Liquéfié en provenance de Yamal, Sibérie, ont été transbordés dans le Clean Planet depuis le méthanier brise-glace Christophe de Margerie au large de Mourmansk les 24 et 25 mars.

Lire la suite

Le virus russe

25 mars 2022

Le virus russe
Quelques semaines avant l’orage et la guerre, alors que les troupes, les bottes et les stratocumulus russes s’accumulaient aux frontières de l’Ukraine, alors que des navires de guerre de la Flotte du Nord étaient repérés dans la Manche en route pour « des manœuvres » en mer Noire, la Commission européenne célébrait son addiction à l’énergie et ajoutait le gaz et le nucléaire à la liste déjà douteuse des énergies de transition. Aujourd’hui, la Commission européenne est en cellule de dégrisement et tente de se défaire de l’étranglement. Elle découvre que les centrales nucléaires et les autres Installations Nucléaires de Base constituent une menace planétaire en temps de guerre. Elle masque son économie du gaspillage par un pitoyable floutage des méthaniers brise-glace pleins à craquer de GNL sibérien (1). Les Mesdames et Messieurs bricolage du nucléaire français font tout pour mettre sous les gravats de la guerre leurs accointances et leurs marchandages permanents avec la Russie depuis Brejnev jusqu’à Poutine, de Marcoule à ITER en passant par les réacteurs à neutrons rapides et par La Hague. Ils ont osé dire à la dernière réunion du Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire (HCTISN) le 8 mars 2022 : « On manque de recul pour se retirer de Russie ».
Lire la suite