Coronavirus

10 mars 2020

Pangolins, animaux sauvages et risques sanitaires, gestion des déchets, les effets COVID-19 sur la faune sauvage et domestique, les faces cachées du virus …

Suivez le pangolin, vous comprendrez le monde
Pangolin, le business continue, 3 avril 2020
Animaux sauvages et risques sanitaires , 17 mars 2020
Quelques saisies de pangolins et d’écailles de pangolins d’octobre 2019 à mars 2020
Les pangolins ne sont pas des secrets-défense, mai 2018
La Chine malade des pangolins, janvier 2017
Pangolin : la disparition d’un sans-grade, juillet 2013

Publications de Robin des Bois sur la crise du COVID-19
Les faces cachées du Covid-19, 2 avril 2020
COVID-19. Offrez une poubelle à vos mouchoirs, à vos masques et à vos gants, 26 mars 2020
COVID-19: abandon de masques et de gants en milieu urbain – reportage photos, 19 mars 2020, mises à jour les 25 et 26 mars 2020
Les ripeurs, trieurs et manipulateurs de déchets ne sont pas des héros, 17 mars 2020
Contre le virus du secret , 16 mars 2020
COVID-19 et Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux, 13 mars 2020

 

Derniers posts de Robin des Bois :
1er avril 2020. Enfin une bonne nouvelle post-COVID-19. La métropole de Shenzhen dans la province du Guangdong envisage d’interdire la consommation de chats et de chiens.

 

1er avril 2020. Encore des mauvaises nouvelles post-COVID-19. En Inde les éleveurs sont pris de panique et enfouissent par milliers des poulets vivants dans des fosses creusées à la hâte. D’autres jettent leurs volailles vivantes ou mortes dans les rivières.
Courant février, le ministre de l’Environnement de l’Etat fédéral a formellement démenti les rumeurs foudroyantes qui courent sur les réseaux sociaux sur la transmission à l’humain du COVID-19 par les oiseaux sauvages et domestiques. Ça n’a pas suffi à rassurer les consommateurs. La vente et les cours se sont effondrés. Les poulets avant la crise sanitaire se vendaient au minimum 80 roupies/kg, soit 1 €. Les acheteurs en proposent maintenant moins de 7 roupies selon le Times of India. Pour cesser de s’enfoncer dans la faillite, plusieurs éleveurs se séparent brutalement de leurs becs à nourrir. Une vague de suicide est redoutée.

 

 

 

 

31 mars 2020. Au Mozambique, la distance sociale pour se prémunir du COVID-19 est de 2 mètres. « Imaginez un lion entre vous et quelqu’un d’autre. C’est la distance recommandée » dans la province de Niassa. La réserve naturelle de Niassa s’étend sur 42.000 km2.

 

 

 

27 mars 2020. Au Pérou, à Culden dans le département de Cajamarca, des villageois ont attaqué, torches à la main, une grotte où nichait une colonie de 500 chauves-souris suspectées de transmettre le COVID-19. Les animaux ont fui et se sont réfugiés dans les murs creux d’une école maternelle désaffectée située à proximité. Les villageois ont alors cassé les murs et brulé les chauves-souris prises au piège. En tout 300 animaux ont péri. Le SERFOR -Servicio Nacional Forestal y de Fauna Silvestre- est intervenu pour récupérer les survivantes et les relâcher dans une autre grotte à l’écart des activités humaines.
Le SERFOR rappelle que les chauves-souris sont utiles, qu’elles sont des pollinisatrices, des semeuses de graines et qu’elles contribuent au contrôle des parasites. Le Pérou compte à ce jour près de 500 cas de malades du COVID-19 dont un à Culden, ville de près de 200 habitants.

 


Lien externe
Les avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) sur le Coronavirus-SARS-CoV-2 (COVID-19)

 

Billet illustrant le chapitre Pangolins (page 8) de l’Atlas du Business des Espèces Menacées (Editions Arthaud, octobre 2019)
© Arthaud/Perreaut/Robin des Bois

 

 

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article